12eme ÉTAPE : 

CELUI QU’ON ATTENDAIT ?

-

1- Dieu est-il réellement amour ?

12

Un des arguments utilisé pour s’opposer à la pensée d’un Dieu « amour » est le fait que la Bible témoigne de la pratique de sacrifices d’animaux voulus de Dieu. De plus, certaines histoires de sacrifices laissent penser que Dieu est injuste, sans cœur et cruel.

La première se trouve dans le livre de la genèse, chapitre 4 : 1 à 6 :

  »Adam connut Eve, sa femme ; elle conçut, et enfanta Caïn et elle dit : J’ai formé un homme avec l’aide de l’Éternel. Elle enfanta encore son frère Abel. Abel fut berger, et Caïn fut laboureur.

 Au bout de quelque temps, Caïn fit à l’Éternel une offrande des fruits de la terre ; et Abel, de son côté, en fit une des premiers-nés de son troupeau et de leur graisse. L’Éternel porta un regard favorable sur Abel et sur son offrande ; Mais il ne porta pas un regard favorable sur Caïn et sur son offrande. Caïn fut très irrité, et son visage fut abattu.

 Et l’Éternel dit à Caïn : Pourquoi es-tu irrité, et pourquoi ton visage est-il abattu ? » (À moins d’avis contraire, tous les versets sont tirés de la Bible Louis Segond.)

 

12-01

Chacun des deux frères apporte le fruit de son labeur en sacrifice à Dieu. Cela semble logique, équilibré. Seulement, dans cette histoire, Dieu n’apprécie pas les légumes, il préfère le sang versé. Il paraîtrait logique de laisser à un individu la liberté de refuser de répandre le sang innocent d’un animal. Nous reviendrons plus tard sur cette histoire.

Voyons maintenant un autre récit : le chapitre 22 de la genèse, les 2 premiers versets :

« Après ces choses, Dieu mit Abraham à l’épreuve, et lui dit: Abraham ! Et il répondit : Me voici !

 Dieu dit: Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac; va-t’en au pays de Morija, et là offre-le en holocauste sur l’une des montagnes que je te dirai. »12_pict2

Voici un homme qui à répondu à l’appel de Dieu, lui demandant de fuir un peuple dont les coutumes étaient de sacrifier les premiers nés humains à de faux Dieux. Mais Dieu lui demande aussi de sacrifier son unique fils !

Pour le débutant qui découvre la Bible, cela parait aberrant et pleinement cruel !

Puis, autre fait, voici le rituel israélite, toujours imposé par Dieu : offrandes, sacrifices, et holocaustes. Sacrifices d’expiation, sacrifices de culpabilité, sacrifices d’actions de grâces : il y en avait tellement qu’une tribu juive en entier, celle des Levi fut désignée, toujours par Dieu pour exercer le métier de sacrificateur.

On trouve aussi dans la Bible des animaux sacrifiés en grand nombre comme dans le premier livre des Rois, chapitre 8 au verset 63 : à l’inauguration du temple de Salomon, 142000 têtes de bétail ! Cela donne le vertige.

-

2 – Comment la Bible, Parole de Dieu peut-elle enseigner que Dieu est Amour, alors qu’il ne pardonne pas s’il n’y a pas le sang qui coule ?

Ne faisons pas trop vite un procès à Dieu, mais voyons les circonstances et laissons la bible nous expliquer elle-même ces paradoxes :

Dès les premières pages de la genèse, un ange déchu accuse Dieu de menteur. Genèse 3 verset : 1et 4 : « Dieu a-t-il réellement dit ? » « Mais non vous ne mourrez point du tout ! »

Cet ange, nommé Satan, ce qui signifie « accusateur », est à l’origine du plus grand procès de l’humanité. En effet, des anges et des hommes se sont unis ensembles pour accuser. Celui qui est sur le banc des accusés, c’est qui ? C’est Dieu ! Dans notre vie, nous avons notre mot à dire : pour ou contre Dieu.

 Ma vie est une expérience qui me permet de témoigner dans ce procès pour Dieu ou contre Dieu ! Vais-je me révolter contre lui, ou, vais-je me soumettre à ses plans.

Le livre de l’apocalypse, chapitre 4 et 5, nous relate que Dieu sortit vainqueur de son procès. Voici la conclusion du verset 13 :

« Et toutes les créatures qui sont dans le ciel, sur la terre, …, je les entendis qui disaient: A celui qui est assis sur le trône (dieu), et à l’agneau (Jésus), soient la louange, l’honneur, la gloire, et la force, aux siècles des siècles ! »

12-03

Mais revenons aux premières pages de la Bible, livre de la genèse au chapitre 3, versets 7 et 21 : « Les yeux de l’un et de l’autre s’ouvrirent, ils connurent qu’ils étaient nus, et ayant cousu des feuilles de figuier, ils s’en firent des ceintures. »

« L’Éternel Dieu fit à Adam et à sa femme des habits de peau, et il les en revêtit. »

Adam et Eve, nos premiers parents selon la Bible, ont écouté l’ange déchu, Satan, et ont par l’occasion, ils ont coupés les ponts avec Dieu. Pourtant l’amour de Dieu s’était manifesté envers eux au plus haut niveau, mais ils ont préféré écouter les mensonges de Satan. Alors, ils se mirent à douter de l’amour de Dieu. Au verset 10, Adam dira « j’ai eu peur ».

Ce sont bien les pensées de Satan qui vont influencer nos premiers parents. Mensonges et accusations culpabilisantes sortent maintenant de leurs bouches :

« L’homme répondit : La femme que tu as mise auprès de moi m’a donné de l’arbre, et j’en ai mangé ». (verset 12).

Nous avons hérité de cette manière de faire. Le Diable Satan, ce qui signifie respectivement « diviseur et accusateur », nommé dans le nouveau testament  « père du mensonge », influence, depuis, notre humanité et détruit notre vie relationnelle.

Dans les versets 12 et 13 du chapitre 3 de la Genèse, nous lisons que Dieu est accusé par Adam de lui avoir donné une femme fatale, et accusé par Eve d’avoir permis à Satan de se déguiser en magnifique serpent envoûtant. Le rapport avec les sacrifices se trouve au verset 7 :

« Les yeux de l’un et de l’autre s’ouvrirent, ils connurent qu’ils étaient nus, et ayant cousu des feuilles de figuier, ils s’en firent des ceintures. »

La culpabilité les fait se couvrir de feuilles de figuier, mais Dieu leur fera à la place des habits de peau :

« L’Éternel Dieu fit à Adam et à sa femme des habits de peau, et il les en revêtit. »

 Cela signifie que Dieu fut le premier à tuer une de ses créatures depuis que les mondes existent. Il fut le premier à offrir un sacrifice ! Surprenant !

3- En quoi cela était nécessaire ? En quoi cela pouvait-il les rapprocher de Dieu ?

La Bible nous enseigne que Dieu est amour. Le péché a donc consisté à se couper de cet amour protecteur.

L’homme coupé de Dieu ne peut vivre éternellement, d’une part parce qu’il est coupé de la source de la vie, d’autre part parce que Dieu est trop amour pour permettre souffrance et tyrannie éternellement entre les humains.

C’est pourquoi tous les efforts fournis par Dieu pour attirer les hommes à lui afin qu’ils puissent à nouveau vivre éternellement dans le bonheur,  tous ces efforts donc, où seront-ils effectués ?

Au niveau des sentiments et du cœur !

Le doute concernant l’amour de Dieu, étant semé et entretenu par Satan dans le cœur de l’homme, oblige de la part du créateur une puissante démonstration affective envers ses créatures que nous sommes.

Dieu se dit amour, il ne peut donc pas rallier les hommes à sa cause par la force. Si votre femme se met à douter que vous l’aimer, ce n’est ni par la force ni par le chantage que vous allez reconquérir son cœur. Vous n’avez qu’une solution, si votre amour est réel : prouvez-le en démontrant jusqu’où, vous  pouvez vous sacrifier pour elle !

Cette démonstration, Dieu n’a pas tardé à la faire. Le livre de la genèse n’est pas bavard, il ne s’étale pas en discours, mais chaque phrase est un concentré d’informations inouïes. Ainsi l’avenir de chacun de nous, dépend du verset 21 du chapitre 3 du livre de la genèse :

« L’Éternel Dieu fit à Adam et à sa femme des habits de peau, et il les en revêtit. »

12-04

L’acceptation ou la non-acceptation de ce verset pour vous ne sera que l’acceptation ou non d’une vie éternelle avec Dieu. Voyons pourquoi ?

-

4- Dieu qui est source de toute vie, comment peut-il enlever une vie sans en avoir le cœur brisé ?

Adam et Eve devaient comprendre plusieurs choses :

1- A cause de leurs choix, les animaux qui étaient sous leurs responsabilités sont devenus mortels comme eux le sont devenus.

2- S’ils sont brisés de remords et chargés d’une lourde culpabilité, ce ne sont pas les feuilles de figuier en guise de ceinture qui cacheront leur honte.

3- Dieu s’abaisse à leur faire des vêtements de peau, après avoir tué un animal. Mais comment le sang versé d’un animal peut-il débarrasser de la culpabilité ?

12_pict5En fait, l’homme juge Dieu qu’en fonction de sa vie présente. L’homme s’attache davantage à cette courte vie qu’à l’éternité offerte gratuitement par Dieu. C’est cela qui fausse son jugement, car Dieu ne fait pas de sa priorité, le temps que ces créatures humaines et animales passent sur cette terre.

En effet son but ultime est un monde d’éternité pour tous dans la joie et la paix.

Dieu nous a parlé par la bouche du prophète Ésaïe au chapitre 55, verset 2,3 et 6 à 9 :

« Pourquoi peinez-vous pour ce qui ne rassasie pas, écoutez-moi donc,  …

Je conclurai avec vous une alliance éternelle »

« Cherchez l’Éternel pendant qu’il se trouve, invoquer-le ! »

À ceux qui ne comprennent pas pourquoi Dieu permet la mort prématurée d’un enfant ou d’un brave, et qu’il ne désire pas en priorité une vie longue pour chacun, il répond par la bouche du prophète Esaïe au chapitre 57 de son livre:

« Le juste périt, et nul n’y prend garde; Les gens de bien sont enlevés, et nul ne fait attention que c’est par suite de la malice (des méchants) que le juste est enlevé. Il entrera dans la paix, Il reposera sur sa couche, Celui qui aura suivi le droit chemin. »

Les animaux, ont subi la mort par le fait qu’ils étaient sous la responsabilité de l’homme. Leur éternité n’est pas en cause. Mais pour les humains, il y a un choix à faire pour pouvoir à nouveau prétendre à l’éternité.

Pour cela, l’homme doit réaliser ce qu’est le péché et ses conséquences désastreuses.

Si le péché signifie « être coupé de Dieu », c’est à cause du doute semé par Satan. Il nous faut donc étudier la Bible pour que nos doutes envers l’amour de Dieu soient entièrement levés.

Une fois ceci réalisé, il ne nous reste plus qu’à laisser notre créateur diriger notre vie. En effet, personne ne peut faire mieux que lui pour nous faire réussir notre vie.

Revenons aux sacrifices de l’ancien testament:

-

5- Pourquoi sacrifier des animaux à cause du péché puisqu’il est écrit dans la bible que le sang versé ne peut pas ôter le péché ?

12-06

Lisons la lettre de Paul aux hébreux, chapitre 10, verset 3: « Par ce sacrifice on rappelle le souvenir des péchés » « ombre des choses à venir et non réalités »

Le but des sacrifices de l’ancien testament était de rappeler à la conscience l’horreur qu’impliquait le péché.

Le sacrifice animal n’avait pas de pouvoir expiatoire en lui-même ; son but était seulement de toucher le cœur de chacun.

Ceci, afin de faire prendre conscience des conséquences désastreuses de l’orgueil humain. L’animal de toute façon est voué à la mort et souvent à être mangé. Alors autant que la mort précoce d’un petit agneau serve à rappeler au cœur de l’homme que cet animal pur et innocent est la représentation du sacrifice du fils de Dieu.

C’est pourquoi l’agneau pascal était nourri et élevé dans la maison même des familles israélites ; il jouait avec les enfants et on s’attachait à lui. Le sacrifier devait faire prendre conscience de la souffrance acceptée par le Père, Dieu, en laissant Jésus se faire crucifier. Ceci, afin de prouver à l’humanité que son amour n’a pas de limites et qu’il nous veut en sa présence pour toujours.

Lisons maintenant dans la lettre de Paul aux hébreux, chapitre 11, versets 17 à 19 : « C’est par la foi qu’Abraham offrit Isaac, lorsqu’il fut mis à l’épreuve, et qu’il offrit son fils unique, lui qui avait reçu les promesses, et à qui il avait été dit : En Isaac sera nommée pour toi une postérité. Il pensait que Dieu est puissant, même pour ressusciter les morts ; aussi le recouvra-t-il par une sorte de résurrection. »

Depuis Adam, les hommes de foi attendaient celui qui était représenté par l’animal sacrifié. Si Abraham accepta d’offrir son fils, c’est parce qu’il pensait que celui-ci était le sauveur promis et que Dieu le ressusciterait aussitôt. En effet, Dieu lui avait promis une descendance par ce fils.

12-07

Abraham aimait tellement Dieu, que ce dernier a voulu lui faire partager ses sentiments. Dieu allait donner son fils à la souffrance, à la honte et à la mort. La souffrance du père Éternel est extrême devant ce tableau. Mais la souffrance n’aurait pas de sens si elle n’était pas suivie d’une grande joie. Celle de voir que tous ceux, qui touchés par un tel amour reviendraient à lui. Dieu a voulu partager cela avec Abraham en le mettant à l’épreuve d’exécuter ce que lui, Dieu allait réellement faire par l’incarnation de Jésus.

Caïn, lui, ne voulait pas se faire attendrir.  Son sacrifice de légumes ne pouvait pas représenter dans son cœur, le don de Jésus. Il n’a pas voulu tuer un animal, ce qui peut paraitre juste, mais il tue son frère, montrant ainsi son vrai visage! Caïn est à l’image de ceux qui crucifièrent Jésus sans remords ni repentance et qui rejettent Dieu.

Abel était un symbole du Christ à venir : celui qui allait souffrir et mourir à cause de la non-repentance des hommes. Dieu est donc juste en n’acceptant pas le sacrifice de légumes de Caïn, car il connaissait son cœur égoïste et méchant.

Dieu touche au cœur ! C’est sa seule solution pour nous ramener sous sa protection !

C’est la raison des sacrifices anciens dont Dieu était le premier à en souffrir. Car il est écrit dans la bible qu’il ne tombe pas un moineau à terre sans que Dieu aie souci de lui.

Dans de nombreuses religions, il faut s’élever vers un soi-disant dieu pour le rencontrer. Les sacrifices de ces religions ont pour but d’attendrir le cœur de Dieu pour qu’il ait pitié de ses créatures. Mais le Dieu des Chrétiens, en la personne de Jésus, descend vers l’homme pour le sauver.

Un tel amour crée en nous la Foi et efface le doute.

-

6- Lire en conclusion les passages bibliques suivants :

Hébreux 1 : 1 à 4.   

12-08

« Après avoir autrefois, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, parlé à nos pères par les prophètes, Dieu, dans ces derniers temps, nous a parlé par le Fils, qu’il a établi héritier de toutes choses, par lequel il a aussi créé le monde, et qui, étant le reflet de sa gloire et l’empreinte de sa personne, et soutenant toutes choses par sa parole puissante, a fait la purification des péchés et s’est assis à la droite de la majesté divine dans les lieux très hauts, devenu d’autant supérieur aux anges qu’il a hérité d’un nom plus excellent que le leur. »

Hébreux 2 : 9. Versets 14 à 16.

« Mais celui qui a été abaissé pour un peu de temps au-dessous des anges, Jésus, nous le voyons couronné de gloire et d’honneur à cause de la mort qu’il a soufferte, afin que, par la grâce de Dieu, il souffrît la mort pour tous… »

Jésus touche au cœur par sa venue, et par l’acceptation de son martyr pour sauver chacun de nous.

Témoignage :

12_pict7Un jeune noble riche traversait Düsseldorf en splendide équipage à chevaux, en route pour Paris. Pendant que l’on donnait à boire et à manger à ses chevaux, il eut l’idée d’aller visiter la célèbre galerie de peinture de cette ville.

Il était riche et intelligent ; un monde brillant lui ouvrait ses trésors. De suite, dans cette galerie, le tableau du peintre Domenico représentant l’émotion de Jésus sur la croix retint son attention. Il lut et relut le texte inscrit en bas du cadre. Il ne pouvait s’en arracher. Les mots s’incrustaient dans son cœur. L’amour du Christ pénétrait en lui et allait s’imposer à sa vie.

Il était écrit: « Voici ce que j’ai fait pour toi. Toi, qu’as-tu fait pour moi ? »

Les heures s’écoulaient ; la nuit tombait. Le gardien du musée toucha le bras du jeune noble qui pleurait, et l’avertit poliment « les portes de la galerie vont bientôt fermer, monsieur ! »

La nuit étant venue, en effet, mais dans l’existence jusqu’ici mondaine de ce jeune homme, se levait l’aurore de la vie éternelle.

Rentré à l’hôtellerie, il reprit le lendemain sa voiture, non pour continuer sur Paris, comme il l’avait désiré, mais pour retourner chez lui.

Depuis ce jour, ce jeune homme, le conte de Zinzendorf, jeta sa vie, sa fortune, et son nom aux pieds de Jésus, celui qui avait murmuré à son cœur :

« Voici ce que j’ai fait pour toi. Toi, qu’as-tu fait pour moi ? »

Il prêcha l’évangile sur plusieurs continents et il fut le fondateur d’une grande mission évangélique.

Ces études que nous vous proposons, ont-elles touché votre cœur ?

A29

En ressentez-vous du respect et de l’attachement vis-à-vis de votre père céleste ?

Jésus est-il devenu votre héros préféré ?

Cette étape est un supplément inédit à la série « Discovery » ; Elle sert d’introduction à l‘étape 13 afin de mieux comprendre le sacrifice de Jésus.