23eme ÉTAPE :

UN JOUR A PART.

-

Il y a quelques années, certains prédisaient que nous aurions tant d’heures de loisir que nous ne saurions plus quoi faire avec. Ces prédictions confiantes étaient bien fondées. Dans les villes du monde, les ordinateurs accomplissaient en une fraction de seconde des tâches qui prenaient jusqu’alors un mois. De plus, les robots s’attaquaient déjà aux travaux les plus éreintants de l’industrie lourde.

23-02

Mais après que les ordinateurs aient commencé à ronronner et que l’automation se soit répandue, nous sommes plus essoufflés que jamais. Aujourd’hui, tout le monde manque de temps.

Même les familles succombent à ce piège. Maris et femmes n’arrivent pas à prendre le temps nécessaire pour vivre des moments d’échanges précieux en famille. Comment faire pour nous rapprocher de nouveau avec ceux qui nous sont les plus chers ?

-

1. LE REMÈDE À UNE VIE DE HAUTE TENSION

Jésus comprend les problèmes des familles stressées et il veut nous faire comprendre que le repos spirituel fait partie d’une vie de qualité :

23-10

« VENEZ À MOI, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et JE VOUS DONNERAI DU REPOS…

RECEVEZ MES INSTRUCTIONS, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez DU REPOS POUR VOS ÂMES.  »  - Matthieu 11 : 28, 29. (À moins d’avis contraire, tous les versets sont tirés de la Version Louis Segond.)

La Bible suggère deux façons pour bénéficier de ce repos : venir à Jésus sur une base quotidienne et sur une base hebdomadaire.

-

2. DES LIENS QUOTIDIENS AVEC JÉSUS APPORTENT LE REPOS.

Les foules se battaient pour obtenir l’attention de Jésus. Malgré tout, Jésus communiquait un esprit paisible et tranquille à chacun autour de lui. Comment ? Il investissait du temps chaque jour dans la communion avec son Père céleste. Il comptait continuellement sur son Père pour l’habiliter à faire face aux exigences de la vie (Jean 6 : 57).

23-04

Si nous voulons mener une vie sereine et ferme comme celle de Jésus, il nous faudra compter sur lui à chaque instant. Laissons-nous façonner par sa parole et son Esprit. Le meilleur moyen de vaincre les forces qui nous épuisent et nous éloignent de notre famille est d’investir du temps de qualité avec Christ. Il nous dit :

« DEMEUREZ EN MOI, et je demeurerai en vous… HORS DE MOI VOUS NE POUVEZ RIEN FAIRE. » -  Jean 15 : 4,5.

La création d’une relation journalière avec Jésus est le départ d’une nouvelle vie. Celui qui cherche, trouve.

C’est un bon dicton.  En effet, chercher à comprendre Jésus par la lecture de sa Parole Sainte est la base d’une bonne rencontre. Lorsqu’il s’est écrié sur la croix « Tout est accompli » Christ nous ouvrait à ce moment précis les portes du pardon divin et de la vie éternelle en conséquence.

« VENEZ À MOI, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et JE VOUS DONNERAI DU REPOS… » est le vrai repos, la vraie sécurité, dont nous avons besoin, celui de l’effacement de notre culpabilité car sur la croix, il s’est chargé de nos péchés. (Matthieu 11:28)

« Maintenant, Il (Christ) a paru, UNE SEULE FOIS… POUR ABOLIR LE PÉCHÉ par son sacrifice. » - Hébreux 9 : 26.

À sa mort, « il abolit le péché ».  C’est-à-dire que face à notre nature égoïste et à ses conséquences pour nous et pour autrui, notre sauveur  a choisi de payer la rançon qui permet au juge de nous faire grâce.

Nous évitons ainsi la condamnation, celle qu’il a vécue à notre place. C’est pourquoi il est dit que le croyant qui a confessé ses péchés peut se   »reposer » dans l’œuvre accomplie de Christ. Nous sommes acceptés tels que nous sommes.

23-07

La culpabilité se cache souvent derrière l’agitation de nos vies. Et cette agitation nous épuise. Mais Jésus a résolu le problème de la culpabilité une fois pour toutes à la croix. Son cri, « Tout est accompli, » scella sa promesse : « Je vous donnerai du repos » comme fait accompli.

Christ acheva l’œuvre de notre rédemption au calvaire (Tite 2 : 14), puis il se reposa dans la tombe durant le sabbat, et ressuscita le dimanche matin comme le vainqueur du péché et de la mort. Le chrétien ne peut avoir de plus grande assurance que de se reposer dans l’œuvre accomplie de Christ.

« Approchons-nous avec un cœur sincère, DANS LA PLÉNITUDE DE LA FOI,… Retenons fermement la profession de notre espérance, car CELUI QUI A FAIT LA PROMESSE EST FIDÈLE. » - Hébreux 10 : 22, 23.

Étant donné que « Celui qui a fait la promesse est fidèle, » nous pouvons entrer dans le repos du salut que Jésus a promis.

La stabilité, la paix, et le repos dont nous jouissons chaque jour avec Jésus proviennent non de ce que nous faisons, mais de ce que Jésus fit à la croix.

Nous pouvons nous reposer en Jésus parce que notre salut est assuré.

Cette assurance nous porte à passer du temps avec Christ chaque jour, nous nourrissant de sa parole et en respirant l’air du ciel par la prière. Ce rendez-vous avec Jésus nous aide à transformer une vie stressée en une vie paisible en sa présence.

-

3. UN LIEN HEBDOMADAIRE AVEC JÉSUS APPORTE LE REPOS.

Après que Jésus eut créé le monde en six jours  -« tout a été créé en lui et par lui » (Colossiens 1 : 16, 17) – il fournit le repos du sabbat. C’est pour nous l’occasion hebdomadaire de cultiver des rapports plus profonds avec lui.

23_pict3« Dieu vit tout ce qu’il avait fait; et voici, cela était très bon. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin : ce fut le sixième jour.

Ainsi furent achevés les cieux et la terre, et toute leur armée. Dieu acheva au septième jour son œuvre, qu’il avait faite; et il se REPOSA de toute son œuvre, qu’il avait faite.

Dieu BÉNIT le septième jour, et IL LE SANCTIFIA, parce qu’en ce jour il se reposa de toute son œuvre, qu’il avait créée en la faisant. » - Genèse 1 : 31 – 2 : 3.

En tant que Créateur d’Adam et Ève, Jésus «chôma» avec eux le premier sabbat, et il « bénit » le sabbat et « le sanctifia. » Dieu établit un cycle de sept jours, non pas pour son propre bien, mais pour celui d’Adam et Ève et pour nous aujourd’hui.

Puisqu’il se soucie tant des gens qu’il a créés, il fit en sorte que chaque septième jour de leur vie soit consacré à une recherche plus profonde de sa présence. Chaque sabbat, comme il l’appela, devrait être un jour de repos physique et de rafraîchissement spirituel. L’entrée du péché dans notre monde ne fit qu’accentuer le besoin du repos du sabbat.

23-14

Le même Sauveur qui promit du « repos » à Adam et Eve, donna la loi à Moïse environ deux mille ans plus tard sur le Mont Sinaï (1 Corinthiens 10 : 1-4). Jésus choisit de placer le commandement concernant le repos du sabbat au cœur même des dix commandements. Le quatrième commandement se lit comme suit :

« SOUVIENS-TOI DU JOUR DU REPOS, POUR LE SANCTIFIER. Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage.

Mais le septième est le jour du repos de L’ÉTERNEL, ton Dieu : tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ton bétail, ni l’étranger qui est dans tes portes.

Car en six jours L’ÉTERNEL a fait les cieux, la terre, la mer, et tout ce qui y est contenu, et il s’est reposé le septième jour : c’est pourquoi L’ÉTERNEL a BÉNI le jour du repos et l’a sanctifié. » - Exode 20 : 8-11.

23-16

Dieu établit le sabbat comme un jour pour « se rappeler » du Seigneur qui « créa les cieux et la terre. » Le repos hebdomadaire du sabbat nous lie au Créateur qui bénit ce jour et le mit à part. C’est le mémorial de la création.

Lorsque Jésus vivait sur la terre, il profita de toutes les occasions pour raffermir son union avec le Père. Il bénéficia du repos du sabbat en adorant Dieu ce jour-là comme le dit Luc :

« Il se rendit à Nazareth, où il avait été élevé, et, SELON SA COUTUME, il entra dans la synagogue LE JOUR DU SABBAT. » - Luc 4 : 16.

Si Jésus qui fut divino-humain avait besoin de se reposer en présence de son Père le sabbat, nous les humains en avons besoin davantage. Quand Jésus mit de côté les restrictions légalistes que les Juifs avaient mis sur le sabbat, (voir Matthieu 12 : 1-12), il fit remarquer que Dieu l’avait fait pour être un bienfait pour l’homme :

« Puis il leur dit : Le sabbat a été fait pour l’homme, et non l’homme pour le sabbat, de sorte que le fils de l’homme est maître même du sabbat. » - Marc 2 : 27, 28.

23_pict4Même en sa mort, Jésus souligna l’importance du sabbat. Il mourut un vendredi, « le jour de la préparation, et le sabbat était sur le point de commencer » (Luc 23 : 54). Alors il déclara, « Tout est accompli, » c’est-à-dire son travail qui consiste à venir en ce monde et à mourir comme substitut pour la race humaine était achevé (Jean 19 : 30 ; 4 : 34 ; 5 : 30). Puis Jésus se reposa dans la tombe pour célébrer l’achèvement de sa mission.

Tout comme Jésus acheva son œuvre de création le sixième jour, puis se reposa le septième jour, de même en mourant sur la croix il acheva son œuvre de rédemption le vendredi et se reposa le sabbat. Ce qui fait que :

1-   Le sabbat est le mémorial de la création de la vie et des hommes.

2-   Le sabbat devient en second point à cause du péché le mémorial de notre recréation en Christ, nous offrant à nouveau la vie éternelle.

Le dimanche matin, Jésus sortit de la tombe comme Sauveur victorieux (Luc 24 : 1-7). Il avait déjà demandé à ses disciples de maintenir la rencontre du sabbat avec lui après sa résurrection. En parlant de la destruction de Jérusalem, qui se produisit environ quarante ans après sa mort, il leur dit :

21_pict3

« Priez pour que votre fuite n’arrive pas en hiver, ni un jour de sabbat. » - Matthieu 24 : 20.

Notre Sauveur désirait que ses disciples et leurs nouveaux convertis maintiennent les pratiques qu’il leur avait enseignées (Jean 15 :15, 16). Il voulait qu’ils expérimentent le repos du salut et celui du sabbat. Ils ne l’avaient pas déçu. Les disciples continuèrent à observer le sabbat après la mort du Christ (voir Luc 23 :54-56 ; Actes 13 :14 ; 16 :13 ; 17 :2 ; 18 : 1-4).

Jean, l’apôtre bien-aimé conserva sa connexion hebdomadaire avec Christ le sabbat. Dans sa vieillesse, il écrivit : « Je fus ravi en esprit le jour du Seigneur » (Apocalypse 1 : 10). Selon Jésus, « le jour du Seigneur » c’est le sabbat, « car le Fils de l’homme est le maître même du sabbat » (Matthieu 12 : 8).

Le sabbat, nous célébrons les deux plus grandes réalisations du Seigneur en notre faveur : le fait de nous créer et le fait de nous sauver. Cette expérience du sabbat continuera au ciel :

« Car, comme les nouveaux cieux et la nouvelle terre que je vais créer subsisteront devant moi, dit L’ÉTERNEL, à chaque nouvelle lune et à chaque sabbat, toute chair viendra se prosterner devant moi, dit L’ÉTERNEL. » - Esaïe 66 : 22, 23.

-

4. LES BIENFAITS DU REPOS DU SABBAT

23-09

Les gens d’aujourd’hui se piétinent mutuellement dans la frénésie de leur vie. Ils souffrent d’épuisement. Les familles éclatent à cause de la tension, mais Dieu présente le sabbat comme une bien meilleure façon de mener une bonne vie.

Considérons certains bienfaits spécifiques du repos du sabbat :

(1) Le sabbat est le mémorial de la création et en l’observant, nous érigeons un mémorial à notre Créateur.

Ses heures sacrées offrent une occasion merveilleuse de retourner à nos racines dans le monde créé par Dieu. Quand avez-vous pu prendre le temps de vous retremper vraiment dans la beauté paisible d’un sentier de forêt ou d’un ruisseau coulant d’un roc ? Le sabbat nous permet de passer du temps avec Jésus et de découvrir les merveilles qu’il a créées pour nous.

23-06

(2) Le sabbat, nous éprouvons la joie de l’adoration et de la communion avec d’autres chrétiens.

Louer Dieu avec un groupe d’adorateurs est bienfaisant. Le sabbat nous donne le privilège de nous rassembler comme corps de l’Église pour recharger nos batteries spirituelles.

(3) Le sabbat nous donne l’occasion de faire des gestes de bonté.

Le voisin est-il tombé malade pendant la semaine quand vous n’aviez pas de temps pour le visiter ? Quand une amie avait besoin d’une oreille attentive après la mort de son mari, est-ce que le stress du quotidien l’a privée de votre aimable attention ? Jésus dit : « Il est donc permis de faire du bien les jours du sabbat » (Matthieu 12 : 12).

(4) Le sabbat est un jour pour resserrer les liens familiaux.

Quand Christ ordonna : « Tu ne feras aucun ouvrage le jour du sabbat » (Exode 20 : 10), il ne pourrait pas donner une meilleure prescription aux pères mordus du travail et aux mères stressées. Le sabbat est un grand signe d’ARRÊT pour les familles. Cessez de permettre aux choses les plus urgentes de prendre le pas sur les choses les plus importantes. Le sabbat nous permet de remplacer la pression par la prière, le labeur par le rire, et les horaires bien remplis par une réflexion paisible. Le repos du sabbat permet à la famille entière de trouver du temps pour se rapprocher de Christ et puiser à son énergie spirituelle.

(5) Le sabbat est un jour où Jésus fait mieux sentir sa présence.

23-17

Toutes les relations ont besoin de temps de qualité, et notre relation avec Christ ne fait pas exception. Consacrer un jour entier à Christ chaque semaine est une bonne façon de garder notre amitié avec lui fraîche et intéressante. Le sabbat nous donne plus de temps pour l’étude de la Bible et la prière, plus de temps pour être tout simplement seul avec Christ dans un lieu paisible pour l’écouter.

Jésus « bénit le septième jour et le sanctifia » avec la promesse de sa présence (Genèse 2 : 3). Vous pouvez comprendre pourquoi il est important d’observer le samedi, le septième jour de la semaine comme le sabbat parce que c’est le jour que Dieu mit à part à la création pour communier avec lui d’une façon spéciale. Une bénédiction plus importante est offerte ce jour-là.

23-13

Quand Jésus créa le sabbat, il semblerait qu’il avait notre génération à l’esprit. C’est exactement ce qu’il nous faut dans notre environnement rempli de stress : un jour qui est vraiment un répit de toute autre chose. Un jour pour adorer Dieu, observer à nouveau la création et nous concentrer sur les rapports humains au lieu des choses matérielles.

-

5. UN AVANT-GOÛT DU REPOS CÉLESTE

Nous pouvons résumer les bienfaits de nous rapprocher de Jésus au moyen d’une rencontre quotidienne et hebdomadaire en un seul mot-repos. Le mot « sabbat » vient d’un mot hébreux qui signifie repos, alors il n’est pas étonnant que les Écritures appellent le septième jour « un sabbat de repos ». (Lévitique 23 : 3).

« Dieu a parlé quelque part ainsi du septième jour : Et Dieu se reposa de toutes ses œuvres le septième jour… IL Y A DONC UN REPOS DE SABBAT POUR LE PEUPLE DE DIEU… Efforçons-nous donc d’entrer dans ce repos. » -Hébreux 4 : 4 -11.

DCF 1.0

1- Le sabbat est le mémorial de la création de la vie et des hommes.

2- Le sabbat devient en second point à cause du péché le mémorial de notre recréation en Christ, nous offrant à nouveau le droit à la vie éternelle.

3- Le sabbat est aussi l’image de ce qui nous attend après la résurrection : la paix d’une vie éternelle en sa présence dans un nouvel éden.

Expérimenter le « repos du sabbat » nous donne un avant-goût hebdomadaire de la joie que nous connaîtrons dans le repos parfait du ciel. Ce repos ne signifie pas seulement l’inactivité, mais suppose la sécurité, la paix et le bien-être qui sont à la base de la vie abondante. Cette sorte de repos spirituel peut être appréciée uniquement par expérience.

Le témoignage de ceux qui ont connu le repos du salut et celui du sabbat est universel : « Si vous entrez dans le repos de Jésus au moyen d’une connexion journalière et hebdomadaire avec lui, vous découvrirez la plus grande joie de l’existence. »

Aimeriez-vous remercier Jésus pour le cadeau du repos ? Aimeriez-vous le remercier pour la promesse du repos du salut chaque jour pour relever les défis de la vie, et pour la promesse du repos du sabbat chaque semaine pour cimenter votre relation avec lui ? Si vous ne l’aviez jamais fait auparavant, aimeriez-vous recevoir le salut qu’il offre ?

Aimeriez-vous lui dire que vous désirez garder son sabbat chaque semaine ?

23-08

Voulez-vous mettre Dieu à défi de vous rendre libre le sabbat car vous travaillez ce jour-là?

Aimeriez-vous dire, « Oui Seigneur ! Je désire trouver un délice dans le jour que tu as établi. » ?

Pourquoi ne pas prendre cet engagement à l’instant ?

-

Vous vous demandez peut-être : qui a changé le sabbat du samedi, le septième jour de la semaine, au dimanche, le premier jour de la semaine ? Quand le changement survint-il ? Jésus a-t-il autorisé le changement ? Nous répondrons à ces questions dans l’étape suivante.