15eme ÉTAPE :

 LE SECRET DU BONHEUR ?

-

15-01 ERIC LIDDELL

En 1943, les forces de l’occupation japonaise commandèrent à des centaines d’ennemis américains et européens de se rendre à un camp d’internement dans la province de Shantung en Chine.

Ils durent endurer des mois d’ennui, de frustration, de surpeuplement, et de crainte. Il y eut des conflits de personnalités, des frictions et des querelles. Mais un interné politique décrivit le missionnaire écossais, Eric Liddell, comme l’homme le plus sollicité, le plus respecté et le mieux aimé du camp.

Plus tard, une prostituée russe déclara que Liddell fut le seul homme qui l’aida sans rien demander en retour. Quand elle entra dans le camp pour la première fois, seule et repoussée, il lui mit des étagères. Un autre interné dit, « il avait une façon douce et humoristique d’adoucir les gens irrités. »

Lors d’une rencontre bouleversante des internés, chacun demandait à ce que quelqu’un d’autre fasse quelque chose au sujet des adolescents qui causaient du trouble. Liddell proposa une solution. Il organisa des sports, des cours d’artisanat et autres pour les jeunes et passait ses soirées avec eux.
Liddell devint célèbre lors des jeux olympiques de 1924, quand il gagna une médaille d’or pour la course de 400 mètres. Mais dans l’entassement du complexe, il se montra un héros dans la course chrétienne également car il gagna l’admiration des internés les plus mondains.

Qu’est-ce qui le rendit si spécial ? Vous auriez pu découvrir son secret à 6h00 chaque matin. C’est le moment où il marchait sur la pointe des pieds pour ne pas déranger ses compagnons qui dormaient, s’asseyait devant une table, allumait une petite lampe pour éclairer son cahier et sa Bible. Chaque jour, Eric Liddell chercha la grâce et la force dans les richesses de la parole de Dieu.

-

1. LE GUIDE DE LA VIE CHRÉTIENNE

La Bible fut écrite pour servir de guide au chrétien. Elle est remplie d’histoires de vraies personnes comme nous qui ont connu les mêmes défis que nous confrontons chaque jour. Apprendre à connaître ces personnages bibliques, leurs joies et leurs peines, leurs problèmes et opportunités, nous aide à mûrir dans la vie chrétienne.

Le psalmiste David décrit notre dépendance quotidienne de la parole de Dieu en la comparant à une lampe :15_pict2

« Ta parole est une lampe à mes pieds et une lumière sur mon sentier. » - Psaume 119 : 105. (À moins d’avis contraire, tous les versets sont tirés de la Version Louis Segond.)

L’illumination que nous obtenons de la Bible chaque jour montre clairement les qualités dont nous avons besoin dans nos vies et les principes de croissance spirituelle.

Par-dessus tout, la Bible présente Jésus, la lumière du monde. La vie n’a de sens que quand Jésus l’éclaire.

-

2. UNE AMITIÉ BIENFAISANTE

Christ veut que la Bible soit aussi réelle pour vous que la lettre d’un bon ami : « Je vous ai appelés amis, parce que je vous ai fait connaître tout ce que j’ai appris de mon Père. » - Jean 15 : 15.

Jésus souhaite ce qu’il a de mieux pour vous. Sa parole nous amène dans le cercle intime de Dieu : ceux à qui il fait des confidences et qu’il instruit personnellement : « Je vous ai dit ces choses, afin que vous ayez la paix en moi. » - Jean 16 : 33.

A28

Pour connaître sa paix, cette relation sûre avec Christ, nous devons lire les lettres qu’il nous envoie. C’est ce que la Bible représente : une correspondance du ciel. Ne manquez pas d’ouvrir ces lettres. Le message transformateur dont vous avez besoin se trouve dans la parole de Dieu.

Voici un témoignage typique au sujet de l’impact de la Bible : « J’avais besoin d’aide, et je l’ai trouvée en Jésus. Chaque besoin a été comblé, la faim de mon âme était rassasiée; pour moi, la Bible est la révélation de Christ. Je crois en Jésus parce que je vois qu’elle est la voix de Dieu qui s’adresse à mon âme. » E.G. White.

-

3. COMMENT ENVISAGER SELON LA BIBLE LES DIX COMMANDEMENTS ?

15_pict4Un coup d’œil sur les dix commandements nous aidera à comprendre pourquoi ils sont, et comment peut-on espérer les voir se réaliser en nous. Ces prescriptions se divisent en deux parties. Les quatre premières définissent notre relation idéale avec Dieu, et les six dernières traitent de nos rapports idéaux avec autrui. Ils se trouvent dans le livre d’Exode 20 : 3-17.

Parce que l’homme est de nature idolâtre, Les deux premiers commandements soulignent en quoi notre relation avec Dieu a besoin de changer :

I. « Tu n’auras point d’autre dieux devant ma face. »                   .
II. « Tu ne te feras point d’image taillée… Tu ne te prosterneras point devant elles et tu ne les serviras point…. »

Le troisième commandement parle du risque de se servir de Dieu à des fins égoïstes ou criminelles, et le quatrième concerne le respect du jour de repos institué par Dieu comme rappel de sa création en 6 jours et comme signe de notre union avec Dieu :

III. « Tu ne prendras point le nom de l’ÉTERNEL, ton Dieu, en vain… »

IV. « Souviens-toi du jour du sabbat pour le sanctifier. Tu travailleras six jours et tu feras tout ton ouvrage, mais le septième jour est le sabbat de l’ÉTERNEL, ton Dieu… Car en six jours l’Éternel a fait les cieux, la terre et la mer, et tout ce qui y est contenu, et il s’est reposé le septième jour: c’est pourquoi l’Éternel a béni le jour du repos et l’a mis-à-part. »

Les 5e et 7e commandements solidifient les liens familiaux et nous maintiennent dans une relation d’amour vrai :

V. « Honore ton père et ta mère afin que tes jours se prolongent dans le pays que l’Éternel, ton Dieu, te donne. »

VII. « Tu ne commettras point d’adultère. »

Les 6 e, 8 e, 9 e, et 10e commandements nous protègent les uns les autres dans les relations sociales :

VI. « Tu ne tueras point. »

VIII. « Tu ne déroberas point. »

IX. « Tu ne feras point de faux témoignage contre ton prochain. »

X.  »Tu ne convoiteras point la maison de ton prochain; tu ne convoiteras point la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne, ni aucune chose qui appartienne à ton prochain. »

Les dix commandements décrivent nos rapports avec Dieu et avec le prochain. Ils servent de poteaux indicateurs à la vie chrétienne, de ligne blanche pour déterminer où est la limite entre le bien et le mal.

Bref, le but n’est pas de condamner, mais de nous ouvrir les yeux sur notre vie, afin de nous faire prendre conscience que sans l’aide de Jésus chaque jour, il nous est impossible de respecter Dieu, ni notre prochain. 

Ces 10 lois sont un projet que Dieu promet de réaliser en nous pour notre bonheur, à condition d’accepter son œuvre de restauration en nous. Il veut notre bonheur, mais nous devons en faire le choix.


4. CE QUE JÉSUS DIT AU SUJET DES DIX COMMANDEMENTS

Un jour, tandis que Jésus enseignait, un jeune homme enthousiaste accourut vers lui et demanda, « Maître, que dois-je faire de bon pour avoir la vie éternelle ? » (Matthieu 19 :16). Jésus remarqua qu’il luttait avec un problème d’argent et le conseilla de se défaire de ses biens et « d’obéir aux dix commandements » (v.17).

15_pict5Le jeune homme essaya d’ignorer le diagnostic de Jésus et lui demanda de quel commandement il parlait. Jésus mentionna plusieurs des dix commandements (versets 18, 19). Finalement, le « jeune homme riche » s’en alla tout triste (versets 20-22). Il avait pu acquiescer mentalement aux dix commandements, mais il ne voulait pas  abandonner sa manière de vivre égoïste.

Les dix commandements nous montrent les limites d’une relation saine avec Dieu et nos semblables. Jésus souligna que l’obéissance, secret de la vraie joie, n’est possible que lorsqu’elle devient le fruit  d’une relation intime avec Jésus et son père:

« Si vous GARDEZ MES COMMANDEMENTS, vous demeurerez dans mon amour, de même que j’ai gardé les commandements de mon Père, et que je demeure dans son amour.

JE VOUS AI DIT CES CHOSES, afin que ma joie soit en vous, et QUE VOTRE JOIE SOIT PARFAITE. » - Jean 15 : 10, 11.

-

5. LE GUIDE D’UNE VIE HEUREUSE

Le livre d’Ecclésiaste est le récit de la soif de bonheur de Salomon. Il parle de sa quête de bonheur dans les richesses du monde : maisons magnifiques, vignes productives, beaux jardins et vergers de fruits vermeils. Il possédait de nombreux serviteurs. Il fut entouré de toutes les choses matérielles que l’on pouvait souhaiter. Il fut attiré par le vin, les femmes et les chants. Sa conclusion :

« Vanité des vanités ! Tout n’est que vanité ! » - Ecclésiaste 12 : 8.

À un moment donné, Salomon avait vu que l’Éternel est bon. Après avoir comparé sa vie d’obéissance à Dieu à sa recherche effrénée de bonheur dans le péché il conclut ceci :

« Écoutons la fin du discours : Crains Dieu et observe ses commandements. C’est là ce que doit tout homme. » - Ecclésiaste 12 : 15.

Salomon crut pouvoir trouver un raccourci au bonheur dans la débauche. Vers la fin de sa vie, il fut assez fort pour confesser sa faute. Pour épargner cette même erreur aux autres, il écrivit :

« Heureux celui qui observe la loi. » - Proverbes 29 : 18.

-

6. LES DIX COMMANDEMENTS, UN GUIDE INDISPENSABLE DU NOUVEAU TESTAMENT

15_pict6Dans le Nouveau Testament, Jacques avoue :

« Car quiconque observe toute la loi, mais pèche contre un seul commandement, devient coupable de tous. » - Jacques 2 : 10.

Charles Spurgeon, le grand prédicateur baptiste du siècle dernier, déclara : « La loi de Dieu est une loi divine. Elle est sainte, céleste, parfaite. … Il n’y a pas un ordre de trop. Il n’y manque aucun. Elle est si incomparable que sa perfection est la preuve de sa divinité. »

John Wesley, l’un des fondateurs de l’Église méthodiste, écrivit ceci au sujet de la nature permanente de la loi : « La loi morale contenue dans les dix commandements… Il (Christ) n’a pas aboli… Chaque partie de cette loi doit rester en vigueur à perpétuité pour l’humanité entière. » – Sermons, vol. 1, p. 221, 222.

Billy Graham, un des évangélistes le plus connu du 20e siècle, accorde une si haute estime aux dix commandements qu’il leur a consacré un livre entier. 

-

7. LE POUVOIR D’OBÉIR

La Bible et les dix commandements sont un guide invariable et indispensable à une vie heureuse. Pourtant, certains cœurs éprouvent encore des conflits. Une femme s’exprima ainsi : « Je crois que les dix commandements sont obligatoires. Je suis assurée que celui qui les observe trouvera le bonheur.

15_pict7

J’ai fait de mon mieux pour les observer, mais je n’y parviens pas. Je commence à croire que personne ne le peut. » La tendance de la personne naturelle c’est d’essayer de mener une vie d’obéissance aux dix commandements.

Mais en réponse à tant d’efforts, un cri surgit sans cesse du fond d’un cœur frustré, « Il m’est impossible d’obéir! » Pourquoi ? Parce que :

« L’homme par nature, n’est pas attiré vers Dieu, parce qu’il ne se soumet pas à la loi de Dieu, et qu’il ne le peut même pas. » - Romains 8 : 7.

Quel est le but de la loi des dix commandements ?

« C’est par la loi que vient la connaissance du péché. » – Romains 3 : 20.

La fonction de la loi est de nous convaincre que nous sommes de vils pécheurs qui ont besoin d’un Sauveur :

« La loi a été comme un pédagogue pour nous conduire à Christ, afin que nous fussions justifiés par la foi. » - Galates 3 : 24.

Jésus est la réponse ! Dès que nous nous jetons aux pieds du Christ pour implorer son secours et son amour, par la foi nous pourrons recevoir le pardon de nos péchés et sa force pour obéir avec joie aux lois divines. 

-A22

8. OBÉIR  AUX DIX LOIS, PAR AMOUR POUR DIEU.

Jésus nous dit que l’obéissance est le fruit de l’amour : « Si vous m’aimez, gardez mes commandements. » - Jean 14 : 15.

Si nous aimons Dieu, nous obéirons aux quatre premiers commandements qui soulignent notre relation avec lui ; et si nous aimons nos semblables, nous obéirons aux six derniers commandements qui délimitent nos rapports avec autrui.

Celui qui méprise les dix commandements, pèche et s’éloigne de Dieu :

« Quiconque pèche transgresse la loi, et le péché est la transgression de la loi. » - 1 Jean 3 : 4.

Grâce à Dieu, nous avons un Sauveur qui vint en ce monde, mourut, fut ressuscité et vit maintenant dans un seul but :

« Or, vous le savez, Jésus a paru POUR ÔTER LES PÉCHÉS. » - verset 5.

Notre Sauveur pardonne et efface les péchés (1 Jean 1 : 9). Puis il promit de nous donner son amour pour nous permettre d’aimer en retour. C’est le grand antidote à une vie d’égoïsme et de péché :

« L’AMOUR DE DIEU EST RÉPANDU DANS NOS CŒURS par le Saint-Esprit qui nous a été donné. » - Romains 5 : 5.

Nous n’avons pas de faculté innée pour garder la loi de Dieu. L’amour de Dieu « répandu dans nos cœurs » est notre seul espoir pour y parvenir. 

-

9. LA GRÂCE ET L’OBÉISSANCE À LA LOI

Le salut est un don. Nous ne pouvons le gagner. Nous ne pouvons que l’accepter par la foi. Nous recevons la justification (le fait d’être en bons termes avec Dieu) seulement par la foi à cause de la grâce de Dieu. Grâce : don immérité.

15_pict9« Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés par le moyen de la foi, et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie. » - Éphésiens 2 : 9. 

Nous ne sommes pas en mesure de garder les dix commandements par nos propres moyens, même si nous essayons. Nous ne pouvons pas garder les commandements pour être sauvés.

Mais quand nous venons à Jésus par la foi et l’acceptation, et quand nous réalisons qu’il a payé si cher pour nous sauver, son amour remplit nos cœurs. En conséquence de cette grâce divine et de notre acceptation, nous cherchons à le suivre car la puissance de son amour nous a convaincu. (Romains 5 : 5).

L’Apôtre Paul souligne que l’amour de Christ désigné par : « sous la grâce » est le seul moyen qui peut nous amener à sortir de notre nature égocentrique et pécheresse:

« Quoi donc ! Pécherions-nous, parce que nous sommes, non sous la loi, mais sous la grâce? Loin de là ! » - Romains 6 : 15.

Pourquoi ? Parce qu’un cœur motivé par l’amour produit une vie d’obéissance aimante ! (Romains 13 :10). Aimer Christ, c’est lui obéir :

« Celui qui a mes commandements et qui les garde, c’est celui qui m’aime. » - Jean 14 : 21.

Eric Liddell a montré que même dans les pires circonstances, le croyant qui puise sa force en Dieu mène une vie sereine et obéissante. Liddell a fait preuve de grâce à une époque de stress et de crainte.

Sa relation d’amour avec le Christ le fortifia par le Saint-Esprit, et lui permit de « satisfaire à l’exigence de la loi en matière de justice » (Romains 8 : 1-4). Une relation d’amour avec le Sauveur crucifié et ressuscité peut produire cette qualité de vie.

Avez-vous saisi ce secret ? L’amour de Jésus pour nous, l’a porté à donner sa vie pour nous faire prendre conscience de ce que signifie « le péché » qui nous habite. Être dépendant affectivement de Dieu en tant que « papa » est notre seul moyen pour le respecter, lui ainsi que notre prochain.

A13

La loi n’a donc pas pour but de nous condamner, mais de nous montrer l’idéal que Dieu veut lui-même atteindre en nous.

Le respect de sa loi d’amour est donc la conséquence d’une recherche d’intimité toujours plus forte avec lui. Il nous faut aussi accepter son rôle de père et de mère adoptifs et d’être comme « des petits enfants » dépendant de son affection et de son autorité bienfaisante. C’est seulement ainsi que nous pouvons être « transformé en son image ».

Les 10 commandements sont conjugués au futur: c’est ne promesse!

Dieu n’est pas triste à cause de nos fautes, il est triste lorsque nous ne l’invitons pas comme chef de notre vie, lorsque nous refusons l’action du Saint-Esprit dont la finalité est de changer notre cœur.

-Le fait de laisser Jésus nous rendre de plus en plus semblable à lui en lui donnant la possibilité de modifier fortement notre caractère, nous permet de nous conformer plus facilement avec la Loi de Dieu. Ajouté à cela, l’effacement de notre culpabilité est réalisé gratuitement par le sacrifice incommensurable de Jésus.

Voilà donc les véritables secrets du bonheur!

15-08Comme Eric Liddell,

Choisissez la bonne course!

Refusez-vous la victoire que Dieu vous promet aujourd’hui?


Existe-t-il encore des choses qui vous empêchent de vous jeter dans ses bras d’amour ?

Ne vous découragez pas, les étapes suivantes vous aideront à progresser.